Assurance auto : que faire si mon assurance auto est résiliée ?

Toute entreprise d’assurance à la possibilité de rompre ou de résilier le certificat de souscription d’une assurance voiture à un de ses adhérents.

Que faire si mon assurance auto est résiliée ?

Peu importe que ça soit pour une raison justifiée ou non. Cependant, un certain affolement peut bien vite gagner le concerné lorsqu’il réceptionne le courrier de résiliation envoyé par sa compagnie d’assurance. Dans cet article, nous vous expliquerons les mesures à prendre en cas de résiliation d’un contrat d’assurance, et les risques que vous courez si vous ne résolvez pas rapidement ce problème.

Conseils pour obtenir une assurance après avoir résilié votre contrat automobile

Suite à une annulation de contrat auto, relancer une nouvelle recherche d’assurance auto n’est pas toujours une mince affaire. Nous vous présentons ici les trois moyens qui vous permettront d’obtenir à nouveau une assurance après une résiliation.

Traitez votre assurance auto avec la compagnie d’assurance

Pour divers motifs, votre assureur a la possibilité de mettre fin à la validité de votre assurance notamment en cas de trop grand nombre de demandes d’indemnisation survenues dans l’année, de suspension de permis, et en cas de déclarations mensongères ou de paiement tardif de vos cotisations.
Toutefois, une négociation avec votre assureur afin que la résiliation de votre contrat soit effectuée par vous-même et non par lui demeure tout à fait envisageable.
Si votre demande est approuvée, vous serez écarté de la liste des  » profils à risques  » par les autres entreprises d’assurance et vous ne serez pas soumis à une hausse du prix de la prochaine cotisation d’assurance.

Prenez une assurance auprès des assureurs qui couvrent exclusivement les résiliés

Dans le cas où votre demande est rejetée par votre assureur, le mieux est de faire appel à une compagnie d’assurance qui se charge spécialement des dossiers de conducteurs qualifiés de  » grands risques « . Celles-ci se chargent d’assurer non seulement les profils résiliés, mais aussi les profils qui ont des dettes impayées, en leur faisant bénéficier de primes correspondant au degré de risque qu’ils encourent.
Même si les tarifs pratiqués par ces compagnies sont supérieurs à celui d’une couverture standard, il vous est toutefois permis de contracter une protection de type  » tout risque « .
Vous pouvez utiliser un outil de comparaison d’assurance auto sur Internet, afin de dénicher une offre qui correspond à votre type de conducteur, tout en évitant de verser un montant deux fois plus conséquent. Cet outil permet de consulter des assureurs classiques ainsi que des compagnies qui couvrent spécifiquement des sinistres importants.

Faites intervenir le Bureau central de tarification

Le Bureau Central de Tarification constitue une autre solution ou cas où les conseils précédents n’ont pas aboutis et que les assureurs persistent à refuser de vous couvrir. Le BCT est une entité entièrement libre par rapport aux entreprises d’assurance. Il fut instauré en 1958 par le gouvernement dans le but de faire profiter chaque conducteur d’une couverture minimum de type assurance responsabilité civile.
Le BCT est en mesure de déterminer la somme de votre cotisation d’assurance et de forcer la compagnie d’assurance sélectionnée pour vous couvrir. Par conséquent, il est préférable de se servir d’un comparateur d’assurances en vue de dénicher un contrat optimal.
Bien que cette option soit abordable pour tous les conducteurs, elle possède néanmoins certains défauts à savoir :

  • Les procédures se révèlent laborieuses : prévoyez un temps de trois mois minimum avant de contracter une assurance et être en mesure de rouler librement.
  • Le BCT sera uniquement en mesure de vous proposer une couverture de responsabilité civile qui est généralement incomplète en cas d’achat d’un véhicule neuf.
  • La durée du contrat est limitée à une année : la démarche devra être réitérée en cas de non-renouvellement du contrat par votre nouvelle compagnie d’assurance.

Les risques de circuler sans assurance ?

Le fait de prendre le volant sans avoir souscrit à une assurance constitue un acte illégal sévèrement puni par la justice.
Cette infraction dite « défaut d’assurance » est sanctionnée conformément à l’article L324-2 en vigueur du code de la route par une contravention égale à 3 750 €, suivie d‘une rétention de permis pour une durée de 3 ans ou encore de la saisie de la voiture. Le gouvernement a instauré dernièrement de nouveaux règlements visant à prévenir les conducteurs :

  • Il est tenu de soumettre un document d’assurance valable lorsque le véhicule quitte la fourrière.
  • La mise en place d’un dossier des automobilistes non assurés, qui peut être consulté à tout moment par la police, en scannant uniquement les plaques d’immatriculation.